Unione Européenne

This post is also available in: it en ro ru bg sr pt-pt

L’Union européenne (UE) est un partenariat économique et politique unique, composé de 28 États couvrant la plus grande partie du continent (https://europa.eu/european-union/about-eu/countries_fr).

La construction européenne est née sur les ruines de la seconde guerre mondiale dans le but de promouvoir d’abord la coopération économique entre les pays, en partant du principe que le commerce produit une interdépendance qui réduit les risques de conflits. En 1958, la Communauté économique européenne (CEE) a été créée, qui a intensifié la coopération économique entre six pays: la Belgique, l’Allemagne, la France, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas. Depuis lors, un grand marché unique a été créé, qui continue de se développer pour réaliser pleinement son potentiel. La CEE s’est alors également impliquée dans d’autres secteurs allant de l’aide au développement à la politique de l’environnement; pour refléter ce changement en 1993, le nom de la CEE a été remplacé par le nom de l’Union européenne (UE).

L’UE est fondée sur le principe de la prééminence du droit: tous ses pouvoirs reposent sur les traités européens, signés volontairement et démocratiquement par les pays membres. Ces accords contraignants fixent également les objectifs de l’UE dans ses nombreux domaines d’activité.

L’UE a contribué à relever le niveau de vie et a introduit une monnaie unique européenne, l’euro. Grâce à la suppression des contrôles aux frontières entre les pays membres, les populations peuvent désormais circuler librement dans presque tout le continent. Il est également devenu beaucoup plus facile de vivre et de travailler dans un autre pays de l’UE. Le marché unique ou marché intérieur, qui permet la libre circulation des biens, des services, des capitaux et des personnes, constitue le principal moteur économique de l’UE. L’un de ses objectifs fondamentaux est de développer cette immense ressource pour permettre aux citoyens européens d’en tirer pleinement parti.

L’un des principaux objectifs de l’UE est la protection des droits de l’homme, tant à l’intérieur du pays que dans le reste du mondeLa dignité humaine, la liberté, la démocratie, l’égalité, la primauté du droit et le respect des droits de l’homme sont les valeurs fondamentales de l’UE.

Depuis la signature du traité de Lisbonne (https://www.osservatoriointerventitratta.it/?p=2833 ), en 2009, la Charte des droits fondamentaux – Charte de Nice – (2000) (https://www.osservatoriointerventitratta.it/wp-content/uploads/2018/03/Carta_diritti_fondamentali_ue_2007.pdf ), qui consacre tous ces droits, a été intégrée à l’article 6 du traité. Les institutions de l’UE ont l’obligation légale de les défendre et les États membres sont obligés de le faire lorsqu’ils appliquent la législation européenne.

.

La lutte contre la traite des êtres humains dans l’Union européenne

La traite des êtres humains, que ce soit à des fins d’exploitation sexuelle ou pour des raisons du travail, constitue une violation des droits fondamentaux de l’homme.

Étant donné qu’elle affecte particulièrement les groupes vulnérables tels que les femmes et les enfants, l’Union européenne a défini son action sur des objectifs visant à protéger ces groupes et à prévenir et combattre le phénomène, notamment en renforçant la coopération et la coordination entre les autorités policières. autorités judiciaires des États membres. L’Union a ensuite introduit un cadre de dispositions communes pour traiter certaines questions telles que les poursuites et les sanctions contre les trafiquants ou les circonstances aggravantes en cas de traite des êtres humains. L’action de l’Union, qui vise également à protéger les victimes de la traite, repose sur des instruments fixant des objectifs et des priorités, mais s’intègre également dans un cadre plus large de protection des victimes contre la violence, le tourisme sexuel et la pédopornographie.

L’un des derniers documents sur le thème de la traite des êtres humains est la publication “Les droits de l’UE sur la traite des êtres humains” de 2013, dont le but est d’informer les victimes, les opérateurs et les États membres sur les droits dont ils bénéficient des victimes en vertu de la législation de l’UE. Cela ne constitue en aucun cas une interprétation contraignante de cette législation. Tous les droits doivent être interprétés dans le contexte de la disposition légale complète et de la législation pertinente. (https://www.osservatoriointerventitratta.it/wp-content/uploads/2013/09/I-diritti-nellUE-delle-vittime-della-tratta-di-esseri-umani.pdf ).

 

Menu